Réalisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

Site SVT 44

 

Net d'or à l'école 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous écrire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
Réponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
Enquêtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire à 
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

Mentions légales

 

 

 Un étudiant : interview de      (15/02/00)

 

1- Qu'elle est votre situation?

Je travaille dans la branche environnement au lycée Jules Reiffel

2- Que trouvez-vous de plus affreux dans la marée noire?

La destruction de la faune et de la flore, un manque de moyens pour nettoyer les plages, un travail qui disparaît celui des pêcheurs des côtes atlantiques, la destruction du paysage, l'affaiblissement du tourisme, l'irresponsabilité de Total qui a mis en mer un bateau en très mauvais état.

3- Que pensez-vous des bénévoles?

Je pense que l'action des bénévoles est importante. Cependant, on aurait dû les informer plus tôt des risques des déchets de raffineries. On devrait aussi leur accorder plus de moyens afin que leur travail soit plus efficace. La C.G.T. sur ce point a créé beaucoup de polémiques en voulant faire participer les détenus  et payer les chômeurs participant à ces tâches.

4- Une telle catastrophe peut-elle encore se reproduire?

Une catastrophe telle que celle de l'Erika peut se reproduire. En effet, les législations étant différentes dans tous les pays, certains seront plus prudents vis à vis de tels phénomènes. Il ne faut pas faire passer l'argent avant les problèmes environnementaux.

5- Peut-on connaître le chiffre approximatif des animaux disparus?

Le nombre d'oiseaux disparus est quasiment impossible à chiffrer. De nombreux oiseaux sont restés dans les plaques de mazout et dans d'autres lieux (bien nombreux).Cependant le nombre d'oiseaux mazoutés échoués sur nos côtes est de l'ordre de 500 000 à 1 million.

6- Dans combien de temps pensez-vous que le littoral redeviendra comme avant?

Je pense que les endroits  peu rocheux se remettront vite de cette catastrophe. Au contraire, des endroits tels que la côte sauvage Bretonne risque de mettre 50 ans.