Réalisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

Site SVT 44

 

Net d'or à l'école 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous écrire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
Réponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
Enquêtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire à 
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

Mentions légales

 

 

La marée noire est-elle cancérogène?

DONNEZ VOTRE AVIS

Un article du "Monde" daté du samedi 26 février ( confirme les avis ci-dessous.

 

Avis  n°1  : Laboratoire ANALYTIKA

Le rapport du laboratoire qui a analysé le "pétrole" (à lire dans leur site).

Avis  n°2A. L. E. R. T. (10février 2000)

Annie Thébaud-Mony

Association pour l'etude des Risques du Travail  
49 rue Mirabeau 75 016 Paris

Avis n°3 : Celui de deux médecins du travail. (22février 2000)

Avis n°4 : Dominique VOYNET dans Ouest France le mardi 22/02/00

"Ce fioul comprend des composés toxiques et il est répertorié cancérogène de 2ème catégorie. C'est un produit dangereux mais le risque dépend du degré d'exposition par contact, inhalation ou ingestion"

Avis n°5 : M COMPAIN,  médecin commandant des sapeurs pompiers,  responsable sanitaire du PCA de Pornic (11 mars 2000)

Avis n°6 : Les collégiens américains, partenaires de notre site

 

Lire aussi la page du lycée Talensac sur l'analyse chimique du pétrole de l'Erika.

 

 

 

Avis  n°2A. L. E. R. T. (10février 2000)

Annie Thébaud-Mony

Association pour l'étude des Risques du Travail  
49 rue Mirabeau 75 016 Paris

..

Oui, la marée noire est cancérogène

 Force est de constater, près de deux mois après le naufrage, que la confusion est toujours entretenue sur la toxicité des produits pétroliers relâchés sur les côtes bretonnes et vendéennes.

Il s'agit d'évidence de résidus de distillation de pétrole, c'est-à-dire de la fraction pétrolière contenant les composés de plus haut poids moléculaire.  Il est secondaire de savoir s'il s'agissait d'une distillation à l'air ou d'une distillation sous vide, tout comme il est secondaire de savoir si le "résidu" en cause était valorisable ou non, c'est-à-dire s'il était vendu par Total-Fina ou si la centrale italienne à qui il était destiné se faisait payer pour le détruire.

Ce dont nous sommes certains, c'est que ce produit contient en quantité non négligeable au moins deux familles de composés dont plusieurs membres sont des cancérogènes connus, pour ne pas dire les plus anciennes molécules connues comme cancérogènes... ne serait-ce que dans les cigarettes.

Il s'agit en particulier de la famille des hydrocarbures polycycliques aromatiques incluant une quinzaine de produits classés comme cancérogènes, comme le benzo(a)pyrène et le benzo(a)anthracène.

Les analyses de la cargaison de l'Erika ont été faites à l'Institut Français du Pétrole.  Elles n'ont jamais été rendues publiques, probablement pour ne pas attirer l'attention sur le fait que les deux molécules citées ci-dessus - pour ne prendre qu'elles - sont présentes à des taux de l'ordre de 40mg par Kg de produit, soit pour le benzo(a)pyrène, par exemple, l'équivalent du contenu de la fumée d'environ un million de cigarettes.

Il existe trois voies de pénétration dans l'organisme humain : l'inhalation, l'ingestion et le passage transcutané.  Compte tenu du caractère très peu volatil de ces molécules, c'est ce dernier mode de pénétration dans l'organisme - à travers la peau - à propos duquel il aurait été nécessaire d' édicter de strictes mesures de prévention et des mises en garde.

Les principaux risques de cancer concernent la peau, la vessie et les poumons les pathologies en cause ne pouvant apparaître (si elles doivent se manifester) que 10 à 25 ans après l'exposition.  Le premier de ces cancers est d’ailleurs reconnu comme maladie professionnelle par les tableaux 16bis et 36bis, les deux autres par le tableau 16bis.  Pour les deux tableaux cités (16bis et 36bis), les molécules à l'origine des cas de cancers professionnels sont celles que l'on trouve en quantité importante dans la cargaison de l'Erika.

En matière de prévention, il aurait fallu mettre en oeuvre une information précise sur les risques encourus, une mise à l'écart de toute personne présentant des lésions cutanées, la fourniture d'équipements totalement étanches au niveau des bras et des jambes, etc.... A notre connaissance, ces mesures n'ont été que très partiellement appliquées et sans que soit fournie l'information indispensable pour que les bénévoles et les salariés évitent soigneusement tout contact entre le produit et la peau.

...

 

(extrait d'un communiqué de presse du 10/2/00)

Pour obtenir  le communiqué dans sa totalité, nous écrire)  

Contacter : Annie Thébaud-Mony

 

 

 

Avis n°3 : Celui de deux médecins du travail.

Le "pétrole" de l'Erika est cancérogène, mais suite à une exposition longue et prolongée (comme avec la suie d'une cheminée et le cancer des ramoneurs).

Les produits utilisés pour nettoyer le matériel (ou les mains!!!) est beaucoup plus dangereux pour l'organisme, particulièrement par inhalation.

Des précautions doivent être prises pour éviter tout contact prolongé avec le "pétrole".

"FUMER" est beaucoup plus nocif que nettoyer les plages!

 

 

Avis n°5 : M COMPAIN,  médecin commandant des sapeurs pompiers,  responsable sanitaire du PCA de Pornic (11 mars 2000)

Le docteur COMPAIN a donné, depuis la réception du rapport de Rennes (service de toxicologie du CHU de Rennes) en janvier, des consignes sanitaires très strictes aux responsables des militaires, des pompiers, de la sécurité civile, de la protection civile, de la croix rouge et des services techniques de la mairie (qui gère les bénévoles), qui travaillaient sur la côte sud du département de la Loire Atlantique. Les consignes étaient données aux responsables qui les transmettaient à toutes les personnes nettoyant les plages ou les côtes.

Les consignes données :

  • Pas de contact cutané.

  • Faire très attention aux yeux et au visage.

  • Garder les gants fermés.

  • Se nettoyer avec de l'huile de table diluée, mais surtout pas avec du White spirite

  • etc.

Dès janvier le docteur Compain a indiqué aux divers responsables,  le risque très très faible d'un cancer cutané,  suite à une exposition prolongée avec le résidu de pétrole déversé par l'Erika. Ce risque n'a pas été caché.

Actuellement 250 personnes nettoient encore les côtes sud du département, dont des CDD employés par les mairies.

Nettoyer les plages, en prenant les précautions indiquées, n'est pas dangereux selon le docteur Compain. Seul le nettoyage des rochers avec des Karchers à eau chaude est dangereux, mais cette opération est effectuée par des professionnels très bien protégés.